MEDECINE-ANTI-AGE.com : dictionnaire anti-âge, glossaire, définitions, beauté, nutrition, médecine esthétique, technologies médicales, cosmétiques, alimentation, bien-être

Publicité

Publicité Crédit Mutuel

Pour en savoir plus

ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

Bilan radicalaire

Le bilan antiradicalaire permet d'évaluer le niveau de défense de l'organisme contre les radicaux libres (substances très réactives, qui en quantité trop importantes, deviennent dangereuses pour nos cellules).


Pour lutter contre l'agression des radicaux libres, notre corps possède :


* des enzymes : superoxyde dismutase (SOD) glutathion peroxydase (GPX) catalase


* des piégeurs de radicaux libres : vitamines A, C, E et glutathion réduit


Le bilan antiradicalaire permet de doser ces 3 enzymes ainsi que leur cofacteur (Zinc, sélenium) et d'évaluer les carences en vitamines et oligo-éléments antioxydants. Il nous permet un diagnostic précis de l'importance du stress oxydant (débutant ou installé) et la mise en place de mesures thérapeutiques ciblées. Ce bilan trouve sa place dans une médecine de prévention.


+ d'info


calcium

Le calcium est l'élément minéral le plus abondant de l'organisme.C'est l'un des constituants majeurs de l'os, mais il joue aussi un rôle important dans la coagulation du sang, la contraction musculaire et le fonctionnement du muscle cardiaque.


Le calcium est essentiellement apporté par les fromages à pâtes dures (gruyère), les amandes, le cresson, le persil, les noisettes, les autres fromages, les fruits secs, les laitages (lait, yaourts et fromage blanc, crèmes glacées), les mollusques, les légumes (broccolis, chou vert, haricots verts), le jaune d'œuf, les eaux (Hépar, Contrex, Vittel).


Le calcium apporté par les aliments est absorbé dans l'intestin, et la vitamine D est indispensable à cette absorption. Un déficit en calcium peut entraîner une fragilisation des os, des crises de tétanie et à la longue, des troubles au niveau des dents, des phanères, du cristallin.... Un excès de calcium perturbe l’assimilation d’autres minéraux et peut être responsable de calculs rénaux.


calories vides

Les aliments que nous consommons sont formés de nutriments (glucides, lipides, protéines) qui après transformation dans notre organisme, vont fournir de l'énergie pour toutes les cellules de notre corps. Pour cela, il faut que les nutriments soient complètement et correctement transformés grâce à des enzymes.


Or, les produits industriels raffinés (tels les farines blanches, le sucre blanc, les céréales, les huiles raffinés) que nous consommons quotidiennement sont dépourvus de minéraux et vitamines. Mal transformés, ils s'accumulent dans l'organisme et apportent des calories "vides" c'est à dire qu'ils n'ont aucune valeur nutritive.


Ces aliments sont à consommer avec modération : sodas, pâtisseries, viennoiseries, biscuiteries industrielles, certaines céréales du petit-déjeuner, riz blanc, pâtes, sucre blanc, farine blanche. Préférez des produits moins transformés tels les huiles extra vierge, 1ère pression à froid, le riz et les pâtes complètes, le sucre roux...


En savoir +


chlore

Le chlore (Cl) est étroitement lié au sodium (Na). Tous les aliments contenant du sel (NaCl) contiennent donc du chlore.


Etant donné que la consommation en sel est importante dans notre civilisation, nous ne manquons pas de chlore.


Le chlore intervient dans la composition du suc gastrique (intervenant dans la digestion des aliments dans l'estomac), dans l’équilibre acido-basique.


Coenzyme Q10

Présent dans toutes les cellules de l’organisme, le CoQ10 (Ubiquinone) joue un rôle central dans la production d’énergie (ce qui est primordial pour la fonction musculaire notament cardiaque) et possède également des propriétés antioxydantes très importantes.


L'organisme est capable de synthétiser la CoQ10 en fonction de ses besoins (ce n'est donc pas un nutriment essentiel). Cependant, sa production a tendance à diminuer avec l'âge. L’apport par voie orale, après bilan du stress oxydant, a une action intéressante dans la prévention de pathologies comme la maladie de Parkinson, l’atherosclerose et les affections cardiovasculaires (hypertension artérielle), ainsi que la dégénerescence maculaire (DMLA : 1ère cause de cécité de l'adulte).


Par ailleurs, certains médicaments peuvent entraîner une baisse de la coQ10 : C'est le cas des statines (utilisé pour baisser le cholestérol), des béta-bloquants (utilisés dans l'hypertension, la tachycardie, l'infarctus), les antidépresseurs tricycliques. L'apport de Q10 devrait être systématique en cas de prise de ces médicaments.


cuivre

Le cuivre est un oligo-élément indispensable à la synthèse des protéines et des globules rouges (hémoglobine) et joue un rôle important dans la lutte contre les infections. Il intervient également dans l'entretien des cartilages et des os.


Le cuivre est apporté par les abats (foie), crustacés, légumes secs, pomme de terre et l’eau. Les carences sont rares et surviennent essentiellement chez le nourrisson car les produits laitiers n'en contiennent que peu. En cas de carence, il se produit une anémie (car le cuivre participe à l'absorption du fer), une ostéoporose (car le cuivre participe activement à la minéralisation osseuse), des risques de troubles cardiaques.


Il peut être utile de prendre du Cuivre (associé à de la vitamine C) pendant 4 à 5 jours au cours d'épisodes infectieux car le Cuivre optimise les effets bénéfiques des antibiotiques. De même, le Cuivre peut être intéressant pour ses propriétés anti-inflammatoires dans certains problèmes articulaires. 


densitométrie osseuse

La densitométrie osseuse ou ostéodensitométrie est un examen permettant de mesurer la densité de l’os, c’est-à-dire son contenu en calcium. Une densité osseuse basse signe une ostéoporose.


L'ostéoporose prédispose aux tassements vertébraux et aux fractures notamment du col du fémur. Source de handicap important pour la personne âgée. La méthode de référence pour apprécier la qualité de l’os est aujourd’hui l’absorptiométrie biphotonique à rayons X. Elle consiste à émettre des rayons X en direction d’un os, que celui-ci absorbe en partie. On mesure alors ce qui reste du rayonnement après sa traversée dans l’os, ce qui renseigne sur sa densité. Cet examen indolore, ne nécessite aucune préparation, aucune hospitalisation et est remboursé à 70 % par la Sécurité Sociale depuis le 1er juillet 2006. Il est pris en charge sur prescription médicale et pour les patients à risques.


DMLA

La dégénérescence maculaire liée à l'âge ou DMLA est une maladie qui altère la macula, une petite zone située au centre de la rétine responsable de l'acuité visuelle.


La vision centrale s'altère progressivement et apparaît un "scotome", une tache noire qui se projette sur l'objet regardé. La vison de près, en particulier la lecture, devient rapidement pénible, voire impossible.


Un dépistage précoce est essentiel. L'examen du fond de l'oeil confirme le diagnostic. Un traitement au laser, ou la prise de certains médicaments et de micronutriments (antioxydant, vitamines, lutéine, zéaxanthine ainsi que les anthocyanosides) permettent de stabiliser les lésions. Attention si vous avez l'impression que les lignes droites ondulent ou se déforment : c'est le signe le plus évocateur d'un début de DMLA. Une consultation chez un ophtalmologiste s'impose.


En cas d'antécédents familiaux de DMLA, un examen du fond d'oeil s'impose dès 45 ans. Sinon, pratiquer cet examen à partir de 60 ans.


En savoir +


enzymes

Substance chimique (protéine) qui permet la transformation d’une molécule en une autre. Chaque enzyme est programmée pour dégrader une substance précise. Actuellement, près de 1000 enzymes différentes ont été identifiées. qui jouent un rôle important dans les processus physiologiques (digestion, conduction nerveuse, synthèse d'hormones, etc).


Les enzymes utilisent pour fonctionner des cofacteurs (vitamines, minéraux…) qui font souvent défaut et qu’il est parfois nécessaire d’apporter sous forme de compléments nutritionnels.


Fer

Le fer est l’un des minéraux que l’on trouve dans notre alimentation. Il joue un rôle essentiel dans le transport de l'oxygène et la formation des globules rouges dans le sang. Il est aussi utilisé par notre organisme pour la fabrication de nouvelles cellules, d'hormones et de neurotransmetteurs.


Les besoins en fer sont généralement couverts par une alimentation équilibrée. Un déficit en fer est fréquent chez les personne âgées, enfants et adolescents ayant une alimentation déséquilibrée, femmes réglées et surtout celles qui suivent régulièrement des régimes amaigrissants et qui viennent d'avoir un bébé, chez les végétariens (car le fer d'origine végétale est mal absorbé).


Une carence en fer est responsable d'anémie entraînant fatigue, trouble du sommeil, baisse de l’immunité. A contrario, un excès de fer peut être dangereux pour le cœur. Un dosage sanguin du taux de fer et des réserves de l'organisme (ferritine) pourra être proposé. 


Fibroblaste

Le fibroblaste est une cellule présente dans le derme (couche moyenne de la peau). Son rôle est essentiel car le fibroblaste permet la cohérence et la souplesse de la peau.


flavonoïdes

Les flavonoïdes sont des substances naturellement présentes dans les légumes, les fruits, les céréales, le thé et le vin. Il en existe plus de 4 000 variétés regroupées en 4 principaux groupes : les flavones (oignon, brocoli, pomme), les flavonones (citron), les catéchines (thé vert et noir, vin rouge, cacao) et les anthocyanines (fruits rouges, raisin, vin).


Ce sont les flavonoïdes qui donnent la couleur aux fruits et légumes. Les parties de l'aliment les plus exposées au soleil sont les plus riches en flavonoîdes. Leurs effets sur la santé seraient liés à leur action sur les radicaux libres (piégeurs de radicaux libres). Il en résulte une multitude d'intérêts cliniques : activités antiathérosclérose, anti-inflammatoire, antithrombosique, anticancéreuse…


Les recommandations nutritionnelles contre le cancer préconisent de consommer au minimum 5 fruits et légumes par jour (étude SUVIMAX). Ces recommandations s'inscrivent dans le Programme National Nutrition Santé lancé en 2001.


Fluor

Constituant des os et de l'émail des dents, il a un rôle dans le maintien de la solidité des os et la prévention des caries dentaires.


Le fluor est apporté par les produits de la mer (crustacés, poissons) et l'eau des boissons. L’ajout de fluor à l’eau potable a entraîné une réduction importante du nombre de carie dentaire. C’est pourquoi, les suppléments de fluor ont été recommandés pour tous les enfants. Cependant, les multiples sources de fluor (dentifrices fluorés, pastilles de fluor, chewing gum, sel fluoré…) ont contribué à une augmentation du risque de surdosage en fluor (fluorose liée au développement anormal de l’émail dentaire prenant un aspect tacheté) Ainsi, dans les régions où l'eau de distribution contient plus de 0,3 mg/l de fluor, aucune supplémentation n'est nécessaire. Dans certaines situations, des dosages d'oligo-éléments ou de métaux lourds peuvent se faire dans le sang, les urines ou sur une mèche de cheveux afin de déterminer des carences ou intoxications éventuelles.


glucides

Avec les lipides et les protéines, les glucides constituent l’une des 3 familles de macronutriments nécessaires à un bon équilibre nutritionnel. Une alimentation équilibrée doit apporter 12 à 15% de protéines, 30 à 35% de lipides et 50 à 55% de glucides.


Les glucides proviennent de l’alimentation : céréales, légumineuses, légumes frais et secs, lait, fruits, produits sucrés, sucre.


Index glycémique (IG)

L'index glycémique mesure la capacité d'un glucide donné à élever la glycémie après le repas par rapport à un standard de référence qui est le glucose pur.


L’index glycémique mesure la vitesse d’absorption du glucose. L’index de référence 100 est celui du glucose. Les IG sont généralement classés en trois catégories: élevés, moyens et bas La plupart des auteurs considèrent donc: - que les IG inférieur à 55 sont bas; - que les IG compris entre 55 et 69 sont moyens; - que les IG superieurs à 70 sont élevés. L’index glycémique d’un glucide n’est pas fixe. Il peut en effet varier en fonction d’un certain nombre de paramètres : * L'état physique de l'aliment (solide ou liquide) : un même aliment sous ces deux formes n'a pas le même index glycémique. * Le mode de cuisson : la température, la durée de cuisson, les éventuelles matières grasses, peut faire varier leur pouvoir glycémiant. (La purée de pommes de terre par exemple a un IG d'environ 70 alors que les pommes de terre cuites au four peuvent avoir un IG allant jusqu'à 90) * Le mode de consommation : des sucres consommés au cours d'un repas, notamment en présence de légumes verts, présentent une action sur la glycémie plus faible que si cet aliment était consommé seul entre les repas par exemple (attention aux collations sucrées). Quel est l'intérêt de L'index glycémique (IG)? L'IG indique le potentiel glycémiant d'un glucide, et donc sa capacité à induire une sécrétion d'insuline en rapport. Or nous savons que plus la réponse insulinique est élevée, et plus le risque de prise de poids est important.


Iode

L’iode est un oligo-élément indispensable à la fabrication des hormones thyroïdienne. dont le rôle est primordial tout au long de la vie.

Les hormones thyroïdiennes interviennent dans la régulation du métabolisme de base, du métabolismes des protéines, glucides et lipides. Ces hormones sont essentielles au développement correct et à la différenciation de toutes les cellules du corps humain

Les apports alimentaires par le sel marin, les poissons et produits de la mer (crustacés et coquillages) couvrent en général les besoins, sauf dans certaines régions ou chez certaines personnes qui ne mangent pas assez de produits de la mer.
Mais la carence en iode n'existe pratiquement plus en France depuis que l'on a systématiquement enrichi le sel de table en iode et que l'alimentation s'est diversifiée.
La carence en iode aboutit à une hypothyroïdie (fatigue, déprime, trous de mémoire, prise de poids…).
Une consommation excessive d’iode entraîne irritabilité, amaigrissement, insomnie…

Dans certaines situations, des dosages d'oligo-éléments ou de métaux lourds peuvent se faire dans le sang, les urines ou sur une mèche de cheveux afin de déterminer des carences ou intoxications éventuelles.

lipides

Avec les glucides et les protéines, les lipides constituent l’une des 3 familles de macronutriments nécessaires à un bon équilibre nutritionnel. Une alimentation équilibrée doit apporter 12 à 15% de protéines, 30 à 35% de lipides et 50 à 55% de glucides. Les lipides ont des fonctions importantes :


•Ils sont source d’énergie (1 g de lipides fournit 9 kcal)


•Ils participent à la constitution des membranes cellulaires. Une bonne membrane cellulaire doit être « fluide » pour permettre les échanges avec les autres cellules et avec le sang. Pour cela, il faut qu’elles soient composées principalement d’acides gras essentiels (omega 3 et oméga 6). Au contraire, l'acide arachidonique, qui provient des aliments d'origine animale (beurre, viande, charcuterie...) rend les membranes rigides.


•Ils sont les précurseurs de certaines hormones (hormones sexuelles) et substances, telles les Prostaglandines, jouant un rôle dans l’inflammation, la coagulation du sang, l’élasticité des vaisseaux, l’immunité. L'alimentation apporte différents types de lipides sous forme d'acides gras : - acides gras saturés (viandes, charcuteries, patisseries, fromages) - acides gras mono insaturés (huile d'olive, volaille) - acides gras poly insaturés (huiles de colza, noix, tournesol et poissons des mers froides). C'est la famille des oméga 3 et omega 6. L'équilibre entre les différents acides gras est indispensable à une bonne santé et à la prévention de certaines pathologies. Un excès en acides gras saturés et/ou un déficit en acides gras poly-insaturés peut entraîner des maladies cardiaques graves (athérome, infarctus), maladies inflammatoires, neurodégénératives.


Magnésium

Le magnésium est le sel minéral le plus abondant dans l'organisme après le calcium et le phosphore.
Il joue un rôle dans la transmission de l'influx nerveux, stimule la formation d'anticorps, est un cofacteur de certains enzymes, intervient dans la régulation du rythme cardiaque.

Le magnésium est apporté par les fruits et les légumes secs, le cacao, les fruits de mer et le chocolat, le pain complet.
Le blutage des céréales réduit le taux de magnésium des aliments. Ainsi, le pain blanc est trois fois plus pauvre en magnésium que le pain complet. Il en est de même pour le riz blanc par rapport au riz complet.

Une carence en magnésium peut être à l'origine de fatigue, troubles du sommeil, crampes musculaires, de crises de tétanie ou de troubles digestifs.
Les intoxications par le magnésium sont rares.

Manganèse

Le manganèse est un oligo-élément qui ntervient dans la coagulation du sang et entre dans la constitution de certaines enzymes intervenant dans la fabrication du cartilage et la lutte contre les radicaux libres.

Le manganèse étant présent dans tous les aliments, les carences sont exceptionnelles et se manifestent par des troubles de la coordination des mouvements.
Le surdosage entraîne des troubles du système nerveux (hallucinations, manque de mémoire).

Dans certaines situations, des dosages d'oligo-éléments ou de métaux lourds peuvent se faire dans le sang, les urines ou sur une mèche de cheveux afin de déterminer des carences ou intoxications éventuelles.

Mélanine

La mélanine est un pigment foncé de la peau produit par les mélanocytes. C'est principalement la génétique, mais aussi l'exposition au soleil qui dicte la quantité de mélanine contenue dans la peau et qui définira sa couleur. Ce pigment est présent dans l’épiderme, la couche supérieure de la peau.


métaux lourds

Les métaux sont des minéraux. Les métaux "lourds" sont ainsi qualifiés du fait de leur densité élevée. Les principaux métaux lourds sont le plomb, le cadmium, le mercure, l'arsenic et dans une moindre mesure, le chrome et le nickel.

Ils sont dangereux pour l’environnement car il ne sont pas dégradables.
Les métaux lourds ont diverses origines : les roches du sol (arsenic, plomb…) la pollution atmosphérique (plomb, cadmium…), les engrais (cadmium, plomb, arsenic…), les boues urbaines (mercure, plomb, cadmium…).

Les métaux lourds peuvent être absorbés directement par le biais de la chaîne alimentaire entraînant alors des effets chroniques ou aigus :
* Ils remplacent ou substituent les minéraux essentiels.
* Ils ont un effet antibiotique, ce qui augmente la résistance des bactéries.
* Ils changent notre code génétique.
* Ils produisent des radicaux libres.
* Ils neutralisent les acides aminés utilisés pour la détoxication.
* Ils causent des allergies.
* Ils endommagent les cellules nerveuses.

Il est possible de mettre en évidence une carence ou une intoxication à certains métaux lourds par un bilan sanguin ou sur une mèche de cheveux.


ostéoporose

L'ostéoporose est une maladie caractérisée par une faible masse osseuse, une fragilité osseuse et, par suite, une augmentation du risque de fracture.

En France, la maladie touche environ 30 à 40 % des femmes ménopausées et plus de la moitié de celles de plus de 75 ans. Les hommes sont également concernés mais de façon moins importante.

Les manifestations les plus connues sont les tassements vertébraux, les fractures du poignet et les fractures de la hanche (col du fémur).

La prévention passe par des apports alimentaires en calcium et en vitamine D suffisants et réguliers, une activité physique régulière, une réduction de la consommation de tabac et d'alcool et chez les femmes un traitement hormonal substitutif dès le début de la ménopause.

Parkinson

La maladie de Parkinson est une affection dégénérative, rare avant 45 ans, touchant 1,5 % de la population de plus de 65 ans, qui atteint autant les hommes que les femmes.
C’est une affection caractérisée par la disparition de cellules nerveuses (neurones) fabriquant un neurotransmetteur : la dopamine qui intervient notamment au niveau de neurones responsables du contrôle des mouvements du corps. Ce déficit en dopamine dans le cerveau se manifeste par des troubles des mouvements. L’apparition des premiers symptômes est progressive et insidieuse .
Après une période de fatigue intense, la maladie de Parkinson se manifeste par des tremblements alors que l’organisme est au repos, des difficultés d’écriture, une rigidité et une difficulté à initier et effectuer des mouvements.

A ce jour, certains facteurs de risque ont été évoqués :
• L’exposition à certains pesticides ;
• L’exposition aux métaux (plomb, manganèse et mercure, fer, cuivre, cobalt, etc.) ;
• L’exposition à des toxines non métallique (toxines industrielles, monoxyde de carbone, cyanure, fumées d’échappement, colle, peinture, laques, etc.) ;
• La survenue de traumatisme crâniens ;
• Un régime alimentaire pauvre en antioxydants ;

Il n'existe pas de moyen reconnu pour prévenir la maladie de Parkinson. Cependant, certaines recherches récentes suggèrent de consommer des anti-oxydants (Vitamine E) et de la caféine (thé, café, cola)
La maladie de Parkinson est une maladie chronique, que les traitements permettent de largement améliorer mais pas de guérir. il est possible d'en atténuer les symptômes par l'usage de médicaments, mais aussi en suivant certaines mesures liées au mode de vie (rester actif, faire de l’exercice, lutter contre le stress par la relaxation) et à l’alimentation (régime végétarien riche en graisses poly-insaturés, en anti-oxydants, en fibres…)

Phosphore

Le phosphore fait partie des sels minéraux les plus abondants de l'organisme.

Tout comme le calcium, c'est l'un des constituants majeurs de l'os. Il intervient aussi dans l'absorption et la transformation des nutriments (glucides, lipides).

Le phosphore est présent pratiquement dans tous les aliments, c’est pourquoi une carence est très rare.

PNNS

La mise en place d'une politique nutritionnelle est apparue comme une priorité de santé publique en France. En effet, les maladies comme les cancers, les maladies cardio-vasculaires, l'ostéoporose, l'obésité... sont liées à une inadaptation des apports alimentaires et ont un poids considérable en terme de santé publique.

Le Programme National Nutrition Santé a été élaboré et mis en oeuvre en concertation étroite avec les ministères de l'Education Nationale, de l'Agriculture, de la Consommation et de la Recherche, ainsi que l'ensemble des acteurs concernés, publics et privés.

L'objectif de ce programme de cinq ans est "bien manger pour bien se porter". Il s'agit d'améliorer l'état de santé de l'ensemble de la population en agissant sur la nutrition et l'activité.

Les objectifs priritaires du PNNS sont :
* augmenter la consommation de fruits et légumes
* augmenter la consommation de calcium
* réduire la consommation de graisses surtout de graisses saturées
* réduire l'apport d'alcool
* Réduire le taux de cholestérol sanguin
* réduire la pression artérielle
* réduire le surpoids et l'obésité chez l'adulte et l'enfant
* augmenter l'activité physique

Pour atteindre ces objectifs en cinq ans, de nombreuses actions sont entreprises auprès des consommateurs, des industriels agro-alimentaires, de la restauration collective.

Potassium

Le potassium est un sel minéral présent dans toutes es cellules de l'organisme. Il empêche la fuite de l'eau hors des cellules, joue un rôle important dans la transmission de l'influx nerveux et dans la contraction musculaire, favorise la digestion et l'assimilation.

Le potassium est apporté par certains fruits (notamment la banane), les légumes secs, le chocolat, les viandes, les poissons.
Une alimentation équilibrée, peu grasse et peu sucrée couvre les besoins en potassium.

Les carences sont exceptionnelles sauf en cas de perte importante lors de déshydratation, prise de laxatifs, de diurétiques, en cas de vomissements importants ou de diarrhées.

probiotique

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants (bactéries ou levures) qui, lorsqu'ils sont ingérés en quantité suffisante, exercent un effet théoriquement bénéfique sur la santé de l'hôte (aident à la digestion des fibres, stimulent le système immunitaire et préviennent ou traitent la diarrhée).

Pour que les probiotiques aient un effet bénéfique sur la santé, il faut que plusieurs conditions soient réunies :
• qu'ils soient vivants (ou lyophilisés) ;
• que les bonnes souches soient sélectionnées pour l'effet
• qu'au moins 1 milliard soient ingérés par jour ;
• que les souches aient montré leur résistance à l'acidité gastrique et à la bile;
• que les cures soient d'au moins 10 jours par mois ;
• que la démonstration de leur bénéfice aie été faite tant chez l'être humain sain que chez le malade.

Les Probiotiques ont un rôle évident dans la régénération de la flore intestinale, qui a elle-même une importance capitale dans les mécanismes de l'immunité, les problèmes de peau (atopie, eczéma…). Des essais en cours, sembleraient attester leur rôle primordial dans le processus de prévention des cancers du colon et des pathologies inflammatoires digestives.

Les probiotiques sont intéressants dans les indications suivantes :

* Diarrhées et ou constipation, surtout chez les enfants et nouveau-né
* Ré-équilibrer la flore intestinale, suite à une antibiothérapie ou pour lutter contre la diarrhée du voyageur, la fameuse "tourista".
* Ré-équilibrer la flore buccale, surtout lors de chimiothérapie
* Lutter contre les gastro-entérites à rotavirus chez les enfants (essai clinique en cours).
* Lutter contre les mycoses vaginales à répétition .
* Lutter contre l'acidité gastrique
* Lutter contre l'intolérance au lactose.
* Lutter contre les ballonnements
* Diminuer la fréquence des allergies chez les enfants en bas âge, surtout dans la dermatite atopique (DA); la Lactobacillus rhamnosus permet d'améliorer considérablement la DA, tout en évitant certains aliments (kiwi, banane, arachide, poulet, jambon, etc…)
* Amoindrir les effets liés à la ménopause: en effet, pour avoir une action des isoflavones, il faut une bonne flore.
* Renforcer le système immunitaire tout simplement.

protéines

Avec les glucides et les lipides, les protéines constituent l’une des 3 familles de macronutriments nécessaires à un bon équilibre nutritionnel.
Une alimentation équilibrée doit apporter 12 à 15% de protéines, 30 à 35% de lipides et 50 à 55% de glucides.
Les protéines sont une des plus importantes classes de molécules présentes dans tous les organismes vivants. Les protéines sont formées de l’enchaînement de molécules beaucoup plus petites, les acides aminés . Elles sont indispensables à la vie de la cellule et de l’organisme tout entier. Leurs fonctions sont très variées : fonction de structure (kératine des ongles et des cheveux, collagène de la peau, …) ; fonction de transport (hémoglobine qui transporte l’oxygène dans le sang,..) ; fonction de défense contre des micro-organismes (anticorps) ; fonctions hormonales (insuline, adrénaline,…) ; fonction d'activation des réactions chimiques des cellules ( enzymes ), etc

Sélénium

Le Sélenium est un oligo-élément essentiel ayant un rôle protecteur dans de nombreuses maladies. Le sélénium agit en synergie avec la vitamine E pour faire fonctionner une enzyme qui lutte contre les radicaux libres : la glutathion peroxydase (GPX). Il intervient donc dans les défenses immunitaires. contre le processus de vieillissement, les maladies cardio-vasculaires, le cancer (notamment gastro-intestinaux et pulmonaires).

Le sélénium se trouve dans tous les aliments riches en protéines (céréales complètes, viande et poisson), sauf dans les produits laitiers.
Mais les excès de Sélenium peuvent entraîner des troubles nerveux, une atteinte des phanères (ongles et cheveux cassants).

Dans certaines situations, des dosages d'oligo-éléments ou de métaux lourds peuvent se faire dans le sang, les urines ou sur une mèche de cheveux afin de déterminer des carences ou intoxications éventuelles.

Sodium

Le sodium est un sel minéral qui participe à l'équilibre du " milieu intérieur " et intervient dans le maintien de la pression artérielle.

Le sodium se trouve dans le sel de cuisine et de table, et dans tous les produits salés que nous consommons.
Certains produits de la mer sont naturellement riches en sel : algues, coquillages, crustacés.
La plupart des produits le sont lors de leur fabrication car le sel est un exhausteur de goût : beurre salé, biscottes, biscuits, pains, pâtisseries, confiseries, tous les condiments, les olives, les potages et purées instantanés, les conserves et sauces prêtes à l'emploi, les fromages, les charcuteries, , la choucroute, les œufs de poisson, les viandes et poissons fumés.
Certaines eaux minérales sont naturellement salées.
Mais trop de sel peut être responsable d’hypertension artérielle.

Sucre complet - suc de canne complet

Le sucre complet n'a pas droit à l'appellation "sucre" ! Il est dénommé "suc de canne complet". Obtenu par évaporation du jus de la canne à sucre, il se présente sous l'aspect d'une poudre très compacte, sans cristaux, de couleur marron très foncé. 


Produit remarquable par sa richesse en minéraux et oligo-éléments - notamment en magnésium et fluor anticariogènes, et par ses arômes (dont le sucre blanc est totalement dépourvu) et saveurs incomparables qui permettent de réduire la quantité de sucre pour un plaisir bonifié (les pâtisseries maison à base de suc de canne complet séduisent l'odorat avant de ravir le palais).


Sucre de canne roux

Le sucre de canne roux véritable a néanmoins une valeur nutritionnelle amoindrie, il est obtenu par cuisson prolongée (s'il provient bien du végétal original, sinon il s'agit de sucre blanc... teinté !). 


SUVIMAX

L'étude SUVIMAX 1 (Supplémentation en Vitamines et Minéraux Anti-oXydants) est la plus grande étude visant à démontrer les relations entre alimentation et santé. Elle a permis d'étudier durant plus de huit ans (de 1994 à 2003) l'effet d'une supplémentation en vitamines et minéraux antioxydants sur plus de 13 000 personnes.

L'alimentation des volontaires était complémentée tous les jours par un cocktail anti-oxydant :
Vitamine C synthétique : 120 mg
Vitamine E synthétique : 30 mg
Béta-carotène : 6 mg
Sélénium : 100 µg
Zinc : 20 mg

Ces compléments sont des anti-oxydants participant à la lutte contre les radicaux libres, molécules d'oxygène toxique fortement impliquées dans les cancers, les maladies cardio-vasculaires et le vieillissement.

Les conclusions de cette étude sont éloquentes : la consommation à des doses nutritionnelles de vitamines et minéraux antioxydants réduit le risque de cancers de 31% (principalement digestifs, ORL, respiratoires et cutanés) ainsi que la mortalité globale (baisse de 37%), ceci chez les hommes. En revanche, cet effet n'a pas été retrouvé chez les femmes. Ces dernières étant moins carencées au départ en raison, très probablement, d'un meilleur état du statut nutritionnel en antioxydants des femmes (bêta-carotène et vitamine C). Les femmes consomment davantage de fruits et légumes.

L'étude SU.VI.MAX a montré qu'il était inutile de se supplémenter plus que nécessaire. Il est préférable d'avoir des apports en antioxydants issus des fruits et légumes, car on profite ainsi des nombreux autres composés bénéfiques de ces aliments (folates, fibres…). Mais l'alimentation d'aujourd'hui est malheureusement souvent carencée en vitamines et minéraux du fait des techniques de culture, transport, stockage, conservation...

Il est donc conseillé, que l'on soit enfant ou adulte, de faire, plusieurs fois par an, une cure de vitamines et minéraux à dose modérée.

En conclusion, les recommandations nutritionnelles contre le cancer préconisant de consommer au minimum 5 fruits et légumes par jour sont ici largement confirmées. Ces recommandations s'inscrivent dans le Programme National Nutrition Santé lancé en 2001.
Une supplémentation régulière en vitamines et minéraux à dose modérée est à conseiller surtout chez les hommes, sous forme de cure de 3 mois plusieurs fois par an.

L'étude SUVIMAX 2 qui a débuté fin 2007, a pour objet de mesurer l’impact de la nutrition sur le vieillissement de l’ensemble des performances fonctionnelles tels que les troubles liés à la perte de la mémoire, les troubles de l’audition ou de la vision ; ainsi que la qualité de vie.

Ubiquinone

Présent dans toutes les cellules de l’organisme, l'Ubiquinone (Coenzyme Q10) joue un rôle central dans la production d’énergie (ce qui est primordial pour la fonction musculaire notament cardiaque) et possède également des propriétés antioxydantes très importantes.

L'Ubiquinone n'est pas considérée comme un nutriment essentiel car l'organisme est capable de la synthétiser en fonction de ses besoins. Cependant, sa production a tendance à diminuer avec l'âge.
L’apport par voie orale, après bilan du stress oxydant, a une action interressante dans la prévention de pathologies comme la maladie de Parkinson, l’atherosclerose et les affections cardiovasculaires (hypertension artérielle), la dégénerescence maculaire.

Par ailleurs, certains médicaments peuvent entraîner une baisse de l'ubiquinone :
C'est le cas des statines (utilisé pour baisser le cholestérol), des béta-bloquants (utilisés dans l'hypertension, la tachycardie, l'infarctus), les antidépresseurs tricycliques.

Zinc

Le zinc est un oligo-élément présent dans le corps en faible quantité.
Il entre dans la composition de nombreux enzymes, et joue un rôle dans la synthèse des protéines, la division des cellules, la croissance et le renouvellement des cellules, il accélère la cicatrisation des plaies, des brûlures et des ulcères de jambe; il a une action anti-inflammatoire sur l'acné.

Le zinc est le cofacteur d'une des enzymes antioxydantes les plus actives dans l'organisme : la superoxyde dismutase (SOD)

Il est présent dans de nombreux aliments, notamment les produits de la mer (huitres), les viandes, le jaune d'œuf, les fromages, les céréales et la levure de bière.
Les besoins en zinc sont en général couverts par l'alimentation.

Dans certaines situations, des dosages d'oligo-éléments ou de métaux lourds peuvent se faire dans le sang, les urines ou sur une mèche de cheveux afin de déterminer des carences ou intoxications éventuelles.

Dernière mise à jour de cette page :

 15/12/2017


MEDECINE-ANTI-AGE.com
14 quai Kléber - 67 000 STRASBOURG
Alsace/France


Copyright © MEDECINE-ANTI-AGE.com ® Tous droits réservés. | Conception 2exVia avec MasterEdit®